• Flux RSS
  • Contact

Histoire

Un peu d'histoire...

Blason Duppigheim
Le village de Duppigheim, tel qu'on le voit aujourd'hui lorsqu'on quitte Strasbourg pour se diriger vers la vallée de la Bruche, ne présente pas, apparemment, beaucoup de vestiges historiques. Il n'y a ici ni mur d'enceinte, ni ruine de château qui puissent guider nos recherches ou notre imagination sur les traces du passé.
Pourtant, le site de Duppigheim était certainement habité par l'homme depuis bien des siècles : en effet, on trouve, sur une carte répertoriant les "tumuli" en Alsace, le nom de Duppigheim. Cette carte est exposée au musée préhistorique, à Strasbourg, au sous-sol du palais des Rohan. Ce premier écrit nous livre l'orthographe de Dubincheim, qui changera bien des fois au cours des siècles, devenant tour à tour Tubinch en 1163, Tubikein en 1212, Dubinken en 1245, Dubingheim en 1336 ou encore Duppischen en 1595. On trouve même Dipigh, Dippiche ou Dippje, qui rappellent beaucoup la prononciation en dialecte alsacien.
L'oeuvre Saint Thomas, de Strasbourg, possède également des terres à Duppigheim : en 1163, le roi Frédéric 1 les déclare libres d'impôts. En 1211, on relève, parmi les propriétaires terriens, l'abbaye de Murbach, dans le Haut-Rhin qui fut en son temps une célèbre collégiale augustinienne. A partir de 1269, le village, qui faisait partie de l'évêché de Strasbourg a été loué aux comtes de basse Alsace, qui le sous-louèrent eux-mêmes aux seigneurs de Hohenstein et de Landsberg, deux familles nobles alsaciennes.
Eglise Duppigheim
cliquez pour agrandir l'image Eglise Duppigheim
Lorsque la branche mutzigoise de la lignée des Landsberg s'éteignit, ce furent les Flachslanden qui leur succédèrent sur les terres de Duppigheim de 1715 jusqu'à la révolution. Mais nous n'en sommes pas encore là. En 1359, l'évêque de Strasbourg rachète les terres, mais garde les mêmes locataires comme le confirme un écrit de 1435. Les mêmes familles se sont donc succédées pendant plusieurs siècles comme propriétaires de la Commune. Duppigheim va connaître des heures plus paisibles. En effet, jusqu'à la révolution, les archives ne nous livrent plus de faits importants.
Probablement les habitants ont-ils coulé alors des heures calmes, même prospères, puisqu'en 1765 ils construisirent l'église (qui sera encore agrandie en 1846) autour du vieux clocher roman déjà existant.
 
On y pratique à domicile toute une gamme de travaux artisanaux aujourd'hui complètement disparus : le tissage du chanvre, le gavage des oies, par exemple. On trouve aussi des fabriques d'amidon, de moutarde, de sucre de pomme de terre, de fécule ; on voit fonctionner des fourneaux à calcaire, qui fabriquent des tuiles. On pratique le commerce des denrées alimentaires et du bétail. Rien ne subsiste actuellement de toutes ces activités d'un autre temps.
Le village, comptant parmi ses habitants une importante communauté israélite, une synagogue fut érigée en 1879.
Passage à la ligne
 
 ORGUE
1818-1819
Facteurs d'orgue : Stiehn et Mockers
Eglise saint-Arbogast
Oeuvre des facteurs de Seltz Stiehn et Mockers, cet orgue a gardé un buffet dans le style Empire, en chêne armé de reliefs ajourés dont l'iconographie est d'inspiration fantatisque, semée d'instruments de musique, de sirènes et de griffons, alors que l'instrument proprement dit a été remanié par la suite.
 MAIRIE
1862
Place de la Mairie
Ce bâtiment administratif abritait initialement au rez-de-chaussée les halles du marché. 
C'est aussi au XIXe siècle qu'on effectuera les premiers recensements. Cela nous permet de constater que la population a augmenté lentement mais sûrement au cours des décennies : on dénombrait 605 habitants en 1801 ; en 1841, 1040 habitants ; en 1880, 1078 habitants ; à l'aube du XXe siècle, une légère baisse démographique se fait sentir, et les deux guerres mondiales creusent de profonds sillons dans la population : le recensement de 1921 totalise 1006 habitants, celui de 1946, 960 habitants.

Depuis quelques années, toutefois, la population a recommencé à s'accroître, et Duppigheim compte actuellement environ 1600 âmes. C'est toujours un village, à faible vocation agricole mais à forte activité économique, il a su s'équiper, se moderniser, et il suffit d'y flâner un peu pour découvrir une agglomération calme, mais active, paisible mais laborieuse ; une petite cité qui, certes, a un passé, mais aussi, et surtout, un avenir.

Retour haut de page
Travaux zone de loisirs

 Arrêtés/plan rue du Stade BARREE

Autorisations sortie territoire mineurs

 http://www.duppigheim.fr/actualites.htm

Accompagnement pour le maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie
Saison cynégétique 17/18
ENQUETE PUBLIC ZAC PLATANES
QUITUS Automobile
< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >
Contact
Horaires
Newsletter